Une brève histoire de l’anglais

Une brève histoire de l’anglais

L’anglais est la langue officielle dans une soixantaine de pays au monde, dont trois des pays du G7. Bien qu’il y ait un plus grand nombre de personnes qui parlent le chinois ou l’espagnol comme langue maternelle, l’anglais est la langue étrangère la plus étudiée au monde. Pour comprendre ce phénomène, il faut remonter aux origines. D’où vient la langue de Shakespeare ? Des pays froids du Nord à sa remarquable capacité d’evolution, nous répondrons à vos questions brûlantes sur la lingua franca de nos jours et ses origines.

 

Bateau viking sur la mer du Nord

Des mouvements migratoires de la mer du Nord sont à l’origine de la langue que l’on apprend dans presque toutes les écoles aujourd’hui.

Aux origines de l’anglais : les Germains

Dans la grande famille des langues indo-européenes, l’anglais fait partie des langues germaniques (tout comme l’allemand, le néerlandais et le flamand). Après le retrait des Romains des îles Britanniques en 450 av. J.-C, il y a eu une succession d’arrivées de populations. Originaires d’Angeln en Allemagne, ainsi que de Saxe et de Jute, ces personnes ont contribué au déplacement des autochtones Celtes puis s’installèrent sur leurs territoires. Ces mouvements migratoires sont à l’origine de la langue que l’on apprend dans presque toutes les écoles aujourd’hui.

La trace des Vikings

Les Celtes et les Romains n’ont pas légué grand chose en termes linguistiques, on retrouve surtout des noms de villes. Par exemple, le chester de Manchester vient du mot camp en romain. Cependant les Vikings, dont les incursions dans les îles Britanniques ont commencé en 793 av. J. -C, ont laissé bien plus que des légendes. Ils ont contribué fortement au vocabulaire mais aussi à la grammaire. Les mots scream, take, husband, sky en sont des exemples. Enfin, nous devons les pronoms they, them et l’adjectif their aux Scandinaves.

L’influence des Normands

Ce fut ensuite au tour des Normands, avec la conquête de l’Angleterre en 1066, de laisser leur empreinte et leur héritage. Les Normands, qui étaient eux-mêmes d’origine Viking, s’étaient installés en Normandie 200 ans auparavant et avaient adopté une manière de parler plus proche du français. Cette langue n’était pas le français de Paris, mais un dialecte rural que les historiens appellent l’Anglo-Normand. Et grâce à eux, l’anglais à gagné plus de 10 000 mots de vocabulaire, dont 75% sont encore d’usage courant. Le français était la langue de la noblesse et le peuple parlait anglais, mais au cours des siècles, l’anglais a réussi à prendre le dessus. D’ailleurs, de nos jours, les mots d’origine française sont du langage plus soutenu que les expressions d’origines germanique ou scandinave. Par exemple, fraternity est plus soutenu que brotherhood.

Livres en anglais

On compte plus de 200 000 mots d’usage courant en anglais, sans compter les termes techniques et scientifiques.

La richesse du vocabulaire

Toutes ces influences linguistiques ont apporté un vaste vocabulaire et ont contribué à la syntaxe de l’anglais. Il y a aujourd’hui 200 000 mots d’usage courant, sans compter les termes techniques et scientifiques. Cela va peut-être vous surprendre mais en France, on utilise couramment environ 100 000 mots, soit deux fois moins qu’en anglais. Un facteur important dans la richesse de l’anglais est que la langue du peuple n’a jamais été interdite par les envahisseurs. Une hypothèse porte aussi sur l’amour de la diversité du langage comme dans le poème épique Beowulf. L’unique manuscrit semblerait avoir été écrit au 10e siècle, dans lequel on peut retrouver plus de 36 mots différents pour désigner le mot héros par exemple.

L’anglais des dramaturges

Certaines personnes ont exercé beaucoup d’influence sur la langue, en inventant de nouveaux mots. Par exemple, le célèbre dramaturge William Shakespeare (1564-1616) est à l’origine de 1700 mots en anglais. Cela s’explique tout simplement car il était le premier à les écrire. Autre exemple, le poète et dramaturge Ben Johnson (1573-1637). Celui-ci nous a légué les mots damp et clumsyparmi tant d’autres. Au cours des siècles suivants, entre l’essor du colonialisme et le commerce florissant, l’anglais est naturellement devenu la langue internationale.

Une influence notable

D’ailleurs, le mot international a été inventé par le philosophe anglais Jeremy Bentham (1748-1832), le plus souvent non pas pour communiquer entre un anglophone et un non-anglophone, mais ceux qui ne sont même pas dans un pays anglophone et qui n’y iront jamais ! Aujourd’hui, la prépondérance de la culture anglo-saxonne contribue beaucoup à l’apparition de mots nouveaux dans d’autres langues. On retrouve par exemple le mot shopping en français (faire les courses), au furaïdo potaïto en japonais (fried potatoes = frites en anglais).

L'anglais est une langue riche

Le dictionnaire Oxford English Dictionary (OED) est la référence en matière de vocabulaire.

L’apparition du dictionnaire

En France, l’Académie Française (établie par le Cardinal Richelieu en 1634) décide quels mots devraient entrer dans la langue. Concernant l’anglais, il n’y a pas de comité central pour juger du sort des mots. Les premiers dictionnaires de la langue anglaise étaient souvent des œuvres réalisés par des hommes indépendants, à leur propre insu, et comportaient régulièrement des commentaires personnels au sein des définitions. Par exemple, le plus célèbre de ces dictionnaires est celui du Dr Samuel Johnson, publié en 1755, où il définit l’avoine comme étant “ce qui nourrit les chevaux en Angleterre, et les hommes en Ecosse”. Ce dictionnaire a requis plus de huit ans de travail, six assistants et comprend plus de 40 000 mots.

L’anglais aujourd’hui

De nos jours, l’un des dictionnaires les plus connus est le Oxford English Dictionary (OED). Il est révisé et publié chaque année, avec l’ajout de mots qui sont entrés dans l’usage courant. En 2021 par exemple, quelques milliers de nouveaux mots, de précisions ou de nouveaux sens ont été ajoutés au dictionnaire. Parmi eux, on peut retrouver anti-vaxxer et staycation (le fait de rester chez soi pour les vacances). L’équipe de l’OED étudie de nombreuses données avant d’ajouter un nouveau mot au dictionnaire. En effet, elle se base sur la lecture importante d’une variété de textes, les contributions du public et font même aussi appel au crowdsourcing !

 

En conclusion, nous avons vu pourquoi l’anglais est une langue si riche. On en apprend tous les jours ! Avec une orthographe bizarre qui ne correspond pas à sa prononciation, des différences régionales qui rajoutent aussi à sa variété, l’anglais est une langue bien vivante ! À travers les livres, pièces de théâtre, films et séries, elle nous permet de voyager dans des pays lointains et de communiquer largement. Si ce sujet vous intéresse, n’hésitez pas à feuilleter le livre passionnant de Bill Bryson intitulé Mother Tongue (1990, Penguin Books).

 

À propos de l’auteure : Alix Godfree est enseignante, formatrice et co-fondatrice du centre de formation English on Mars situé à Marseille en Provence. Elle est spécialiste dans l’enseignement de l’anglais et travaille depuis plus de 10 ans dans ce secteur. Elle a enseigné l’anglais en Inde, au Vietnam et à Prague avant de poser ses valises à Marseille en 2016.

Leave a Comment

trois × un =

Nous contacter

Des questions? Nous sommes ravis d'y répondre. Laissez-nous un message!

Not readable? Change text. captcha txt
Qui parle le plus ? L'enseignant ou l'élève ?