Comment améliorer sa prononciation en anglais ?

Ship or sheep? Comment améliorer sa prononciation en anglais ?

Bien souvent, ceux qui étudient l’anglais souhaitent avoir un bon accent. Mais qu’entend-on vraiment par une bonne prononciation ? Et quelles techniques peut-on travailler chez soi pour l’améliorer ? Dans cet article, nous verrons quels sont les éléments de base de la prononciation en anglais et pourquoi elle est si importante dans l’apprentissage de cette langue. Ensuite, nous aborderons la question épineuse de l’accent, avant d’examiner quelques aspects de la prononciation anglaise qui sont parfois problématiques pour les francophones. 

La prononciation en anglais

Un bon dictionnaire peut vous aider dans votre prononciation en anglais.

Pourquoi la prononciation est-elle si importante ?

Pour se faire comprendre, of course. On apprend une langue pour pouvoir communiquer, et notre prononciation peut avoir un impact considérable sur nos échanges. Il va de soi que si la personne en face ne nous a pas compris, nous avons donc échoué dans notre objectif communicatif. Étudier la prononciation peut aussi nous aider à comprendre notre interlocuteur. Lorsqu’Arnold Schwarzenegger prononce cette phrase menaçante “I’ll be back” dans la scène bien connue du film The Terminator, il est indispensable d’entendre ce petit “ll” pour comprendre qu’il s’agit d’une promesse, d’une intention employée avec le futur “will + infinitif” et qu’Arnie reviendra !

Qu’est-ce-que la prononciation ?

La prononciation est multifactorielle. Il y a en fait plusieurs éléments de prononciation que l’on peut travailler et qui peuvent nous aider à mieux nous faire comprendre : la phonologie, l’accentuation, le rythme et l’intonation.

1) La phonologie

Disons que c’est la façon de prononcer chaque son (ou phonème) en anglais. Il existe 44 phonèmes en anglais britannique (une poignée de plus qu’en français) et chaque son est représenté par un symbole. Le phonème que vous verrez le plus souvent dans vos manuels d’anglais est le “schwa” /ə/ : cette voyelle non accentuée que l’on trouve dans mother et computer par exemple. C’est aussi le phonème le plus courant en anglais. Lorsque vous lisez un mot dont vous n’êtes pas sûr(e) de la prononciation, vérifiez-le dans un dictionnaire papier ou en ligne, où vous trouverez les phonèmes indiquant la prononciation correcte. Pour en savoir plus, vous pouvez consulter ici le tableau des phonèmes anglais et vous entraîner chez vous.

2) L’accentuation

Comme vous le savez, les syllabes des mots en anglais ne sont pas toutes accentuées de la même façon. Parfois, changer l’accentuation peut changer le sens du mot. Par exemple, record, avec l’accent sur la deuxième syllabe, signifie enregistrer ou noter, alors que record utilisé avec l’accent sur la première syllabe, veut dire disque, document, registre. Comme pour la phonologie, votre fidèle dictionnaire vous indiquera la syllabe à accentuer.

3) Le rythme

Il est important de savoir qu’il y a un rythme naturel dans une phrase en anglais : certains mots sont plus accentués que d’autres. En général, ce sont les mots porteurs de sens comme les noms, les verbes, les adverbes et adjectifs, plutôt que les articles, prépositions, auxiliaires… On peut également accentuer un mot pour lui donner une signification particulière. Par exemple : « Did you do the washing-up? », sans accentuation spéciale veut dire simplement: “As-tu fait la vaisselle ? ». Mais si l’on met l’accent sur le sujet, « Did you do the washing-up? » cela devient: “C’est toi qui a fait la vaisselle ?”. Ainsi, se sensibiliser au rythme de l’anglais peut vous aider à mieux comprendre votre interlocuteur et à vous exprimer de façon plus naturelle.

4) L’intonation

Comme pour la plupart des langues, un autre élément qui joue sur la signification d’une phrase est l’intonation, que l’on pourrait décrire comme la musicalité d’une langue. En anglais, on peut par exemple modifier l’intonation d’une phrase pour indiquer notre attitude, nos émotions et des degrés de certitude. Une intonation plate, sans changement de ton, pourrait indiquer de l’ennui, un manque d’enthousiasme voire le désintéressement ! Prêtez attention à l’intonation car cela peut vous aider à éviter un malentendu.

Maintenant que vous en savez un peu plus sur ce qu’est la prononciation, lisez nos conseils ci-dessous !

David Lynch in Twin Peaks

Le réalisateur et acteur David Lynch dans une scène de la série « Twin Peaks ».

Listen and repeat: comment travailler sa prononciation ?

La première technique pour améliorer sa prononciation est tout simplement d’écouter. Ecoutez votre professeur, re-écoutez l’audio de votre manuel, des podcasts… Quand vous regardez une série ou un film, choisissez la version originale : plus vous entendrez de l’anglais, plus votre oreille se sensibilisera aux particularités de sa prononciation. Mais il ne suffit pas d’écouter, il faut aussi remarquer. Notez comment les anglophones utilisent l’intonation pour exprimer un sentiment; remarquez l’accentuation qui modifie le sens d’une phrase. Si vous avez accès aux transcriptions de vos textes audio ou aux sous-titres en anglais, lisez-les en écoutant les dialogues. Notez quels sont les mots accentués, et tout aussi important, quels sont ceux que l’on n’entend quasiment pas !

La deuxième technique est de s’entrainer et de répéter. Parler une langue peut s’apparenter à apprendre un art martial, une danse ou même un instrument de musique. Il faut pratiquer pour s’améliorer et cela demande de développer une bonne mémoire musculaire. Lorsqu’on parle, on emploie beaucoup les muscles du visage et de la gorge, et on ne les utilise pas forcément de la même façon pour l’anglais et le français. En s’entraînant à voix haute, on peut améliorer sa mémoire musculaire et petit à petit, former des phonèmes corrects. À force d’accentuer les bonnes syllabes, cela deviendra un réflexe. Alors entraînez-vous en cours, mais aussi à la maison ou dans la voiture ! Grâce à votre téléphone portable, vous pouvez vous enregistrer et vous re-écouter. Personne n’aime vraiment entendre sa voix mais c’est un exercice efficace. Ainsi, vous aurez une autre façon de vérifier votre prononciation et la possibilité de la comparer à ce que vous recherchez. Cinq minutes par jour peuvent vraiment vous aider à assimiler les aléas de la prononciation anglaise.

Speak and listen

L’écoute et la répétition sont des fondamentaux lorsqu’on souhaite progresser dans sa prononciation.

Quel est le meilleur accent pour moi ?

Faut-il prendre l’accent d’Olivia Colman dans The Crown comme modèle ou bien celui de Cillian Murphy dans Peaky Blinders ? Rien qu’en Grande Bretagne, il existe plus de 40 dialectes et accents différents répertoriés (voir les archives sonores de la British Library si vous voulez en savoir plus); sans parler des accents irlandais, américain, canadien, australien, sud-africain, indien… L’anglais est une langue officielle dans plus de 50 pays, donc il existe une variété presque infinie d’accents. Tout cela pour souligner le fait qu’il n’existe pas un accent anglais unique que vous devez chercher à maîtriser. Rien n’empêche ceux d’entre vous à l’ouïe plus fine d’essayer de reproduire un accent natif, mais, comme je le répète souvent à mes étudiants, le plus important c’est que vos interlocuteurs vous comprennent facilement.

Prononciation problématique, ou pas ?

En général, les sons de la langue anglaise ne posent pas trop de problèmes aux francophones. Cependant, il y a quelques exceptions :

Le son /h/, comme dans happy, house, et hello n’existe pas en français et cela peut prêter à confusion si vous ne le prononcez pas : « I ate sushi » est très different de « I hate sushi! ». Comment réussir à prononcer cet h embêtant ? Imaginez que vous voulez nettoyer vos lunettes ou un miroir, et mettez vos doigts à environ 5 cm de votre bouche puis expirez. Si vous sentez l’air chaud sur vos doigts, vous avez réussi, hurray!

Le son /ð/, comme dans this, that et other, et le son /θ/, comme dans three et something sont deux fricatives dentales (voisée et non-voisée). Ces deux sons peuvent également poser problème aux natifs. En effet, beaucoup d’enfants anglophones les remplacent par le /v/ et le /f/ avant d’en maîtriser la prononciation. Pour les francophones, ils se replient souvent sur le /z/ et le /s/. La bonne nouvelle, c’est que si vous prononcez ces deux sons, cela ne pose aucun problème de compréhension ! Si vous souhaitez les dompter, vous devrez approfondir votre connaissance de la langue. Pour vous y aider, demandez à votre professeur d’anglais de vous montrer comment placer votre langue juste derrière les incisives centrales ou regardez cette vidéo de la chaîne anglaise BBC, puis lancez-vous !

Be yourself and just do it!

En conclusion, bien que maîtriser la prononciation anglaise peut s’avérer être difficile, on constate qu’il n’est pas nécessaire de prononcer une copie conforme des sons pour se faire comprendre. Il suffit d’écouter et de s’entrainer dans les différents éléments de la prononciation à voix haute pour améliorer ses capacités de communication, et ainsi échanger de façon naturelle en anglais.

À propos de l’auteure : Alix Godfree est enseignante et formatrice au centre de formation English on Mars situé à Marseille en Provence. Elle est spécialiste dans l’enseignement de l’anglais et travaille depuis plus de 9 ans dans ce secteur. Elle a enseigné l’anglais en Inde, au Vietnam et à Prague avant de poser ses valises à Marseille en 2016.

Laisser un commentaire

un × cinq =

Nous contacter

Des questions? Nous sommes ravis d'y répondre. Laissez-nous un message!

Lecture impossible? Changer le texte. captcha txt
Lire en anglais est plus facile qu'on ne le croit !